Perte de cheveux

Les causes d’une perte de cheveux sont multiples.
Dans un premier temps, il convient de déterminer si la cause est normale ou anormale. La chute de cheveux est normale lorsque celle-ci est provoquée par la phase télogène du cycle de vie, c’est-à-dire la mort des cheveux. Lorsque le reste de la chevelure devient fragile ou lorsque la perte est importante, il faut en définir l’origine pour pouvoir y remédier.
Parmi les causes anormales, nous pouvons distinguer celles qui sont relatives à l’organisme, telles que l’hérédité, les hormones, les carences alimentaires, des causes liées à des facteurs extérieurs, tels que des parasites, maladies du cuir chevelu et la chimiothérapie.

Hérédité, hormones, carences alimentaires : les causes liées à l’organisme

L’hérédité explique bien souvent la chute de cheveux d’un individu : en cas de deux parents concernés par la calvitie, il est probable à 90% que leur enfant y soit également sujet. Si seulement l’un des parents est touché par la perte de cheveux, en plus d’un grand-parent, le risque s’élève à 80%.
Par ailleurs, un bouleversement hormonal entraîne indéniablement une alopécie. C’est le cas lors d’une grossesse et de la ménopause, chez la femme, et lorsque la testostérone se transforme en dihydrotestostérone, chez l’homme. Notons que pour les deux sexes, l’âge engendre une diminution de la production d’hormones, essentielles à la constitution de la chevelure.
Également, une nutrition insuffisante des follicules pileux en cas de carences alimentaires peut expliquer une chute de cheveux.

Les pertes de cheveux provoquées par des facteurs extérieurs

Certains parasites ou maladies du cuir chevelu sont également des raisons expliquant une perte de cheveux.
Parmi les parasites, nous pouvons nommer le poux et la teigne. Quant aux maladies, les plus connues sont la dermite séborrhéique (ou « croûtes de lait ») et le psoriasis.
Enfin, la chimiothérapie sensibilise le cuir chevelu, provoquant fréquemment une alopécie.